Accueil‎ > ‎Articles‎ > ‎

Alimentation biovitalisante


RETROSPECTIVE des habitudes alimentaires .      F JADAS 2017

Paléolitique : homo sapiens il y a 200 000 ans

                      L'homme était chasseur (viande séchée, bison) cueilleur : fruits baies,

                      puis oiseaux, œufs.  Pêcheur                (groupe O : origine) Dr D’Adamo

Néolitique : 8 000 ans avant JC l’homme se sédentarise et devient AGRICULTEUR

                       céréales                                       (apparaît le groupe A : agriculteur)

  C'est ainsi que les civilisations moyen-orientales  puis européennes se sont construites autour du blé, (engrain, épeautre, blé)

celles d'Extrême-Orient autour du Millet en Chine4, du riz ( sud) et du blé ( nord), celles des peuples amérindiens autour du maïs et

celles d'Afrique sub-équatoriale autour du mil.

 

Transhumance : l’homme boit le lait des son troupeau 

                        (apparaît le groupe B : baladeurs )

Préhistoire : homme invente le silex et le feu (la cuisson était née)

 Grèce antique : on mange des fruits et

 l’alimentation  se fonde sur la triade méditerranéenne : blé, huile d'olive et vin.

 

Romains : l'orge, le blé et le froment (avec lesquels on fabriquait une bouillie)   reste, même pendant l'époque impériale, l'aliment des plus pauvres.

 Cette bouillie était relevée par des herbes aromatiques comme la menthe et assaisonnée d'huile d'olive, le beurre n'étant pas utilisé comme aliment.

La bouillie était accompagnée de fromage de chèvre ou de légumes, comme la laitue, les poireaux, les choux, les olives, les fèves.

Par la suite, la base de la nourriture est constituée de pain, apparu assez tard à Rome (iiie siècle av. J.-C.) et fabriqué à la maison.

 Il est de même accompagné de légumes, surtout de chou, mais aussi de poireaux, de chicorée, de concombres.

Ces plats de légumes sont relevés d’une harmonieuse combinaison d’arômes : menthe, ail, coriandre, céleri, aneth et fenouil.

Les Romains mangeaient de la viande, qui était cependant réservée aux jours de fête. Très tôt pourtant, les familles riches prirent l'habitude de la consommer en abondance, selon des préparations diverses.

 

Les Romains avaient une préférence pour la viande de porc, d'agneau, pour les fricassées de canard ou le civet de biche, les pâtés de hure de sanglier, ainsi que pour les viandes plutôt bouillies que rôties, la consommation de viande fraîche étant rare.

Pour la consommation quotidienne, l’exploitation familiale fournissait du lait de brebis ou de chèvre avec lesquels on fabriquait les fromages

Les bœufs taureaux et vaches restent sacrés dans de nombreuses civilisations.

En les hachant  ces viandes sont plus digestes : Turquie Grèce Italie Maghreb

 

Moyen âge :

 Riches : se goinfraient (gibier, sauces )

              (maladies d’intoxination, gouttes, rhumatismes, problème cardiaques)

 Pauvres : jardin, volailles (maladies de carences : scorbut , béri béri, peste)

Cathares :  épurent leur corps et ils deviennent végétariens.

14, 15, 16ème  siècle : desserts (madeleine de Marie Antoinette) sucreries  (Antilles)

                         pauvres : maladies de carences

 

17, 18, 19ème  siècle : Phytothérapie, cures thermales (maladies infectieuses, virales)

                         pneumonies  ( Sissi, Dame au Camélia ) Carences

                         Grands voyages

                         Légumes de lointaines contrées : pomme de terre de Parmentier

                         Légumes décoratifs : tomate, aubergine, poivron (Orient)

                                                           (interdits en macrobiotique)

1757-1947 : Royaume uni colonise l’Inde et introduit le végétarisme

                  en Europe et Amérique

20ème siècle : Après les guerres : alimentation industrielle : plus de viande rouge, porc

                excès de laitages,  alimentation raffinée, mutation du blé,  + de SUCRE SEL

 

1950 : LA DIETETIQUE recadre les excès alimentaires et les carences d’après guerre (déminéralisation : lait 3 fois par jour)  (anémie : viande rouge conseillée)

INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE BAT SON PLEIN

 

1950 : Dr SHELTON Amérique Dr DURVILLE Dr CARTON  Europe

     Ecoles allemandes, anglaises, suisses, belges, italiennes de MEDECINE NATURELLE

     NATUROPATHIE : Pr Marchesseau et ses élèves Keiffer, Masson, Passebecq

1951 : apparaît le VEGANISME : véritable philosophie : aucun produit animal viande œuf lait miel, aucun vêtement ou chaussures venant de l’animal.

1965-70 : Introduction des pesticides, engrais produits chimiques, colorants, conservateurs, exhausteurs de goût, agents de sapidité perturbent les enzymes digestives, le système endocrinien, le système nerveux. GRAVE PROBLEME du siècle

 

1970-80 : Macrobiotique japonaise aux USA puis en France 

                OSHAVA et MICHO KUCHI plus souple   

           (céréales-légumineuses, soja, tamari, shoyu, tempeh…)

La MEDECINE CHINOISE a son heure de gloire

                  avec l’équilibre alimentaire YIN YANG

La MEDECINE AYURVEDIQUE  (Inde) est introduite en Europe

                             (Tempéraments Pita Vata, Phuta)

 

1980-90 : Dr KOUSMINE en Suisse crée AMKI Asso Médicale Kousmine internationale

           BURGER  FRADIN : instincto crudivorisme

          Dr SEIGNALET  Pr JOYEUX  Dr CHEVALIER  Dr LAGARDE à Montpellier

             (berceau de médecine  classique et aujourd’hui holistique, intégrative)

          Robert MASSON aborde la physiologie digestive : associations alimentaires, 

                          les méfaits du grignotage (irritations de l’intestin)

                          la révolution diététique par l’Eutinotrophie  ou

           le réglage alimentaire individualisé selon son tempérament.

  GRANDE VAGUE DES ANTI produits laitiers et gluten.  Terrain fragile et réaction.    

 En 2016 : Il y a plus de 10 écoles de Naturopathie en France

La Fenahman (Fédération française des écoles de Naturopathie) crée en 1985 et un mouvement NATUROPATHIQUE très important et de plus en plus prisé, de plus en plus de médecins s’y intéressent.

 En Suisse Belgique Allemagne Angleterre cette thérapie est reconnue et remboursée.

 VEGETARISME VEGETALISME sont de plus en plus répandus (attention aux carences en protéines, B12 et Fer ) et le VEGANISME revient sur scène.

(Philosophie de vie et prise de conscience du respect de l’animal vivant.)

 

LE PALEOLITIQUE ou PALEOBIOTIQUE  très en vogue nous invite à nous nourrir comme nos ancêtres CROMAGNON !  (cueillette, chasse, pêche, pas de céréales)

              Les temps ont bien changé depuis et nos systèmes digestifs aussi.

Jusqu’ou ira-t-on et que va-t-on encore trouver dans les années à venir ?

                        N’est-il pas plus sage de pratiquer ce que j’appelle

L’ALIMENTATION DE BON SENS ET DE CONSCIENCE  en restant les occidentaux que nous sommes et en appliquant la NATUROPATHIE

 (Médecine naturelle de nos aïeux)  respectant les médecines allopathiques utiles dans les cas d’urgence et les pathologies graves.

                                                EN RESUME :

- Manger sain, de saison,  éviter plats préparés, alimentation industrielle.

- Faire les marchés  (produits frais, bio si possible)

   riches en nutriments et anti-oxydants.

- Découvrir les aliments hypervitalisants : graines germées, spiruline, ortie…

- Utiliser les produits complets non raffinés : huile, sucre, céréales, sel (iode)

- Cuire vos légumes en vapeur douce.

- Ne pas supprimer les protéines animales : poissons volailles œufs.

                                   porc et viande rouge occasionnellement et bio.

Supprimer le lait mais conserver les fromages à base de lait de chèvre ou brebis

(peu ou pas de vache) Suppression si pathologies.

Ne pas abuser de produits riches en gluten pain, pâtes, pâtisseries

Mangez un petit dessert à midi, pas de sucre le soir mais noix, amandes, noisettes

                                             EQUILIBRER VOS REPAS

Petit déj de ROI     repas de midi de PRINCE    repas du soir de PAUVRE.

Ne pas grignoter et ne pas manger de fruits à la fin du repas.

ECOUTER SON CORPS, SES ENVIES et adapter en fonction de son mode de vie.

Faire du sport, apprendre à se relaxer, rester positif et mettre

                         - une pincée de spiritualité dans sa vie

                    - une cuillère à café d’amour et de reconnaissance

                    - un grand bol de pardon et de lâcher prise

                       Le tout arrosé de souplesse, mesure et plaisir…

    VOIR LA VIE COMME UN BEAU CADEAU DU CIEL !                  Françoise JADAS

___________________________________________

 


« LOU MEIOUR MEDECIN, ES LOU TOUPIN »

LE MEILLEUR MEDECIN, C’EST LA MARMITTE  (Proverbe occitan)

 

A ce jour de nombreuses écoles nous proposent différents réglages alimentaires : Méthode KOUSMINE, Pr JOYEUX, Dr SEIGNALET,

 R. MASSON, A. PASSEBECQ. Qu’en penser ?

Je vous proposerai dans les stages une synthèse de bon sens accessible à tous en essayant de faire rimer « SANTE ET GOURMET » et en respectant les saisons.

Cette alimentation sera de Prévention santé

 (dans certains cas pathologiques il faudra plus de rigueur.)

 

Il est un dénominateur commun à ces différentes écoles :

  1. L’importance d’une alimentation saine, biologique, équilibrée et de saison.
  2. L’utilisation des huiles végétales de première pression à froid (olive, colza, noix) les acides gras qu’elles contiennent sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme.
  3. L’introduction des produits complets biologiques (sucre, sel de Guérande, pain d’épeautre, céréales non-glutineuses (riz, mais, quinoa, millet, sarrazin)
  4. La consommation d’aliments cru : 60%, l’hiver 80% l’été

    par repas (pour un apport indispensable d’enzymes, vitamines,  

    minéraux, oligo-éléments.  

5. La diminution voire la suppression (dans les pathologies 

   allergiques et inflammatoires) des produits laitiers  qui ne sont

   pas comme on nous le dit, nos amis pour la vie !

6. La suppression des sucres blancs raffinés et des édulcorants de 

    synthèse. (aspartame, saccharine..)

 

Je ne manquerai pas d’évoquer l’importance de prendre le temps de manger calmement en ensalivant,  mastiquant correctement les aliments et de consommer une eau minérale acide réduite de type Volvic ou Mont Roucous ou filtrée  (type DOULTON)

Utilisez le mode de cuisson « vapeur douce » ou « étouffée tout doux »   Supprimez le  grignotage source de fatigue digestive.

 

       Il me parait important de développer certains points :

 

  1. LES PRODUITS COMPLETS bio nous permettent de pallier les carences et pollutions alimentaires. Ils ne sont pas seulement exempts d’engrais, pesticides, OGM, irradiations mais ont une valeur qualitative nutritive nettement supérieure à ceux issus de l’agriculture industrielle (des études de l’Insern de Marseille et ABARAC du Pr JOYEUX en témoignent)

 

  1. En ce qui concerne LES CEREALES, consommez de préférence les non glutineuses que sont le riz, le mais, la quinoa, le millet, le sarrazin. Préférez l’épeautre au blé (pain, farines, pâtes, pâtisserie.)

 

    Le GLUTEN contient de la gliadine qui est une protéine      

    allergisante  qui  peut   être  pathogène  chez certains.  Chez   

     les  personnes  intolérantes, elle attaque les muqueuses

    digestives quine peuvent plus traiter ni assimiler les nutriments.

   Cela peut entraîner troubles digestifs, diarrhées, anémie, plus 

    grave encore la maladie coeliaque (véritable allergie au gluten)

Les LEGUMINEUSES seront pré-germées avant cuisson 

Ne pas abuser de SOJA, bien qu’étant une excellente source de protéines, il est riche en purines et en phyto-oestogènes, le préférer fermenté : tamari, shoyu, tempeh.

 

  1. LES PRODUITS LAITIERS  contiennent certes du calcium, mais en trop grande quantité ce qui rend le magnésium quasi inopérant et entraîne un appauvrissement dans les cellules nerveuses et musculaires Le lait de vache n’est pas spécifique à l’homme et contient des acides gras à grosses molécules lipidiques que le foie humain a du mal à digérer à fortiori lorsqu’il est cuit.

 Les protéines se présentent également sous forme de grosses molécules difficilement dissociables dans l’estomac de l’homme qui ne sécrète pas la présure permettant leur digestion gastrique, la pénétration dans le sang de ces albumines mal digérées (caséines) peut entraîner des réactions allergiques. Enfin le tube digestif de l’homme sécrète peu ou pas de lactase, ferment digestif nécessaire pour la digestion correcte du lactose, sucre du lait.

Le lait de vache contient des hormones spécifiques à la race bovine et non à la race humaine (un veau prend environ 200 kg en 1 an, un être humain 60 à 90 kg en 20ans. (perturbation du Système hormonal et sein prostate)

 Les troubles liés à la surconsommation vont entraîner problèmes digestifs, cutanés, respiratoires, inflammatoires. Je vous conseillerai donc de supprimer le lait de vache et de consommer très parcimonieusement des fromages à pâte crue de chèvre et de brebis.

     En cas de pathologie sévère, supprimer tous produits laitiers  

     durant un certain temps, le résultat est concluant.

 

  1. Les aliments hyper-vitalogènes comme les GRAINES GERMEES et les JEUNES POUSSES ainsi que les jus de légumes et fruits sont de véritables mines de vitamines et minéraux et les fruits secs et oléagineux devraient remplacer les gâteries trop sucrées de nos enfants.

2- Attention à la consommation de fruits et yaourts trop acides en 

    fin  de repas.

 

3- En compléments alimentaires utiliser des aliments naturels:

     le green magma (jus de pousses d’orge)

     le plasma de Quinton (eau de mer)

     les omega 3, les acides gras de poisson DHA et EPA

     et les  huiles de bourrache et onagre.

 

 

EN RESUME

                        Jouez le petit déjeuner de ROI

        le repas de midi de PRINCE et le repas du soir de PAUVRE.

Pensez à individualiser votre alimentation en fonction de votre tempérament, de votre activité physique de vos goûts et des saisons.

 

A bon entendeur !!!   BONNE SANTE   BONNE VITALITE

                                  Françoise JADAS